POUR TOUT LES PASSIONNES DU BERGER BELGE MALINOIS

Passion-Malinois News: fleche La Nationale d'Elevage 2016, aura lieu à AUBIGNY SUR NERE (Dpt: 18), le 20 et 21 Août 2016.
Passion-Malinois News: fleche La SPE PERIGUEUX IB (24), aura lieu le 13-03-2016 !! La SPE ANGERS IB (49), aura lieu le 27-03-2016 !! La RE BLARU Région de MANTES LA JOLIE (78) aura lieu le 16-04-2016 !! La SPE LYON IB (69) aura lieu le 24-04-2016 !! Bonne Expo a toutes et tous !!

    CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA PROTECTION Chapitre 2

    Partagez
    avatar
    Administrateur
    Administrateur
    Administrateur

    Masculin Nombre de messages : 2769
    Date d'inscription : 27/01/2006

    CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA PROTECTION Chapitre 2

    Message par Administrateur le Dim 11 Jan 2009 - 15:56

    Chapitre II
    Principes pour la détention des animaux de compagnie
    Article 3
    Principes de base pour le bien-être des animaux
    1. Nul ne doit causer inutilement des douleurs, des souffrances ou de l’angoisse à un animal de compagnie.
    2. Nul ne doit abandonner un animal de compagnie.
    Article 4
    Détention
    1. Toute personne qui détient un animal de compagnie ou qui a accepté de s’en occuper doit être responsable de sa santé et de son bien-être.
    2. Toute personne qui détient un animal de compagnie ou s’en occupe doit lui procurer des installations, des soins et de l’attention qui tiennent compte de ses besoins éthologiques, conformément à son espèce et à sa race, et notamment :
    a) Lui fournir, en quantité suffisante, la nourriture et l’eau qui lui conviennent ;
    b) Lui fournir des possibilités d’exercice adéquates ;
    c) Prendre toutes les mesures raisonnables pour ne pas le laisser s’échapper.
    3. Un animal ne doit pas être détenu en tant qu’animal de compagnie si :
    a) Les conditions visées au paragraphe 2 ci-dessus ne sont pas remplies ou si,
    b) Bien que ces conditions soient remplies, l’animal ne peut s’adapter à la captivité.
    Article 5
    Reproduction
    Toute personne qui sélectionne un animal de compagnie pour la reproduction doit être tenue de prendre en compte les caractéristiques anatomiques, physiologiques et comportementales qui sont de nature à compromettre la santé et le bien-être de la progéniture ou de la femelle.
    Article 6
    Limite d’âge pour l’acquisition
    Aucun animal de compagnie ne doit être vendu à des personnes de moins de seize ans sans le consentement exprès de leurs parents ou des autres personnes qui exercent la responsabilité parentale.
    Article 7
    Dressage
    Aucun animal de compagnie ne doit être dressé d’une façon qui porte préjudice à sa santé et à son bien-être, notamment en le forçant à dépasser ses capacités ou sa force naturelles ou en utilisant des moyens artificiels qui provoquent des blessures ou d’inutiles douleurs, souffrances ou angoisses.
    Article 8
    Commerce, élevage et garde à titre commercial, refuges pour animaux
    1. Toute personne qui, à l’époque de l’entrée en vigueur de la Convention, se livre au commerce ou, à titre commercial, à l’élevage ou à la garde d’animaux de compagnie ou qui gère un refuge pour animaux doit, dans un délai approprié qui est à déterminer par chaque Partie, le déclarer à l’autorité compétente.
    Toute personne qui a l’intention de se livrer à l’une de ces activités doit en faire la déclaration à l’autorité compétente.
    2. Cette déclaration doit indiquer :
    a) Les espèces d’animaux de compagnie qui sont ou seront concernées ;
    b) La personne responsable et ses connaissances ;
    c) Une description des installations et équipements qui sont ou seront utilisés.
    3. Les activités mentionnées ci-dessus ne peuvent être exercées que :
    a) Si la personne responsable possède les connaissances et l’aptitude nécessaires à l’exercice de cette activité, du fait soit d’une formation professionnelle, soit d’une expérience suffisante avec les animaux de compagnie et
    b) Si les installations et les équipements utilisés pour l’activité satisfont aux exigences posées à l’article 4.
    4. Sur la base de la déclaration faite conformément aux dispositions du paragraphe 1, l’autorité compétente doit déterminer si les conditions mentionnées au paragraphe 3 sont remplies ou non. Au cas où elles ne seraient pas remplies de façon satisfaisante, l’autorité compétente devra recommander des mesures et, si cela est nécessaire pour la protection des animaux, interdire le commencement ou la poursuite de l’activité.
    5. L’autorité compétente doit, conformément à la législation nationale, contrôler si les conditions mentionnées ci-dessus sont remplies ou non.
    Article 9
    Publicité, spectacles, expositions, compétitions et manifestations semblables
    1. Les animaux de compagnie ne peuvent être utilisés dans la publicité, les spectacles, expositions, compétitions ou manifestations semblables, à moins que :
    a) L’organisateur n’ait créé les conditions nécessaires pour que ces animaux soient traités conformément aux exigences de l’article 4, paragraphe 2, et que
    b) Leur santé et leur bien-être ne soient pas mis en danger.
    2. Aucune substance ne doit être administrée à un animal de compagnie, aucun traitement lui être appliqué, ni aucun procédé utilisé, afin d’accroître ou de diminuer le niveau naturel de ses performances :
    a) Au cours de compétitions ou
    b) A tout autre moment, si cela peut constituer un risque pour la santé et le bien-être de cet animal.
    Article 10
    Interventions chirurgicales
    1. Les interventions chirurgicales destinées à modifier l’apparence d’un animal de compagnie ou à d’autres fins non curatives doivent être interdites et en particulier :
    a) La coupe de la queue ;
    b) La coupe des oreilles ;
    c) La section des cordes vocales ;
    d) L’ablation des griffes et des dents.
    2. Des exceptions à cette interdiction ne doivent être autorisées que :
    a) Si un vétérinaire considère une intervention non curative nécessaire soit pour des raisons de médecine vétérinaire, soit dans l’intérêt d’un animal particulier ;
    b) Pour empêcher la reproduction.
    3. a) Les interventions au cours desquelles l’animal subira ou risquera de subir des douleurs considérables ne doivent être effectuées que sous anesthésie et par un vétérinaire, ou sous son contrôle.
    b) Les interventions ne nécessitant pas d’anesthésie peuvent être effectuées par une personne compétente, conformément à la législation nationale.
    Article 11
    Sacrifice
    1. Seul un vétérinaire ou une autre personne compétente doit procéder au sacrifice d’un animal de compagnie, excepté en cas d’urgence pour mettre fin aux souffrances d’un animal et lorsque l’aide d’un vétérinaire ou d’une autre personne compétente ne peut être obtenue rapidement ou dans tout autre cas d’urgence prévu par la législation nationale. Tout sacrifice doit se faire avec le minimum de souffrances physiques et morales en tenant compte des circonstances. La méthode choisie, excepté en cas d’urgence, doit :
    a) Soit provoquer une perte de conscience immédiate puis la mort,
    b) Soit commencer par l’administration d’une anesthésie générale profonde suivie d’un procédé qui causera la mort de manière certaine.
    La personne responsable du sacrifice doit s’assurer que l’animal est mort avant que la dépouille soit éliminée.
    2. Les méthodes de sacrifice suivantes doivent être interdites :
    a) La noyade et autres méthodes d’asphyxie, si elles ne produisent pas les effets mentionnés au paragraphe 1, alinéa b ;
    b) L’utilisation de tout poison ou drogue dont le dosage et l’application ne peuvent être contrôlés de manière à obtenir les effets mentionnés au paragraphe 1 ;
    c) L’électrocution, à moins qu’elle ne soit précédée de la perte de conscience immédiate.

      La date/heure actuelle est Jeu 23 Mar 2017 - 1:17